Comment bien choisir le bridon de son cheval ? SĂ©lectionnez les brides qui lui conviendront le mieux possible !

La bride se dĂ©cline en un grand nombre de modĂšles diffĂ©rents. Ils sont adaptĂ©s Ă  la discipline et Ă  l’effet. La plupart des brides sont en cuir, mais il existe aussi des versions synthĂ©tiques.

Nos meilleurs bridons cheval

  1. Commencez par démonter complÚtement la bride
  2. Utilisez une Ă©ponge lĂ©gĂšrement humide et du savon de selle pour bien nettoyer le cuir. N’oubliez pas de ne pas utiliser trop d’eau. Si vous utilisez un savon Ă  la glycĂ©rine, vous devriez plutĂŽt humidifier le savon et utiliser une Ă©ponge sĂšche
  3. Laisser sécher le cuir
  4. Appliquer le revitalisant ou l’huile pour cuir
  5. Polir les boucles et nettoyer les bords de tous les trous
  6. Rincer et sécher la mÚche
  7. Remonter la bride

Aujourd’hui, j’aborde un thĂšme qui m’est cher dans le domaine de l’Ă©quitation classique dans la tradition française : l’utilisation de la bride, ou morsure et fil appliquĂ©s ensemble dans une seule tĂȘte de lit. Ce qui m’amĂšne Ă  donner quelques Ă©claircissements, c’est la grande diffusion sur la toile d’images reprĂ©sentant des chevaux montĂ©s en morsure et en fil, en attitude forcĂ©e, presque toujours Ă  capuche, tenus par des rĂȘnes trĂšs tendues. Souvent, ces images dĂ©noncent les langues bleues en raison d’une compression excessive, d’une bouche qui saigne, etc. Ces derniĂšres « dĂ©rives » d’entraĂźnement conduisent heureusement encore aujourd’hui Ă  l’Ă©limination de la paire en course, lorsqu’elles sont correctement prises en compte. Cependant, la maniĂšre dont ces questions sont traitĂ©es et le bombardement des commentaires sur les rĂ©seaux sociaux font qu’en plus de condamner Ă  juste titre une pratique injuste et abusive de la formation, mĂȘme le harnais utilisĂ© devient automatiquement un instrument de torture. L’occlusion est un type d’embout trĂšs ancien et diffĂšre essentiellement du fil par son effet de levier. Il est facile de comprendre qu’il est donc plus puissant en soumettant le cheval Ă  la volontĂ© du cavalier. C’est prĂ©cisĂ©ment pour cette raison qu’il a Ă©tĂ© inventĂ©. Elle est rĂ©pandue dans de nombreuses disciplines et aucune d’entre elles n’est exempte de phĂ©nomĂšnes d’abus et de violence, toujours dus Ă  l’ignorance, Ă  l’impatience et Ă  la brutalitĂ©. Aujourd’hui, grĂące Ă  une vision holistique de la gestion du cheval et de son entraĂźnement, ainsi qu’aux techniques d’Ă©quitation, de plus en plus de cavaliers peuvent se passer de la bouche. Tout cela est beau et je le partage, mais il ne doit pas devenir un prĂ©texte pour condamner d’autres mĂ©thodes d’entraĂźnement, basĂ©es sur les mĂȘmes principes – tout d’abord le respect du cheval. Je voudrais donc vous faire apprĂ©cier une idĂ©e diffĂ©rente – et trĂšs ancienne – de travailler dans une bride, et comment elle peut devenir la cerise sur un gĂąteau bien fait, avec le bien du cheval et du cavalier.

La bride, comme je l’ai dit plus haut, est composĂ©e de deux ouvertures. Le fil, dans la plupart des cas simple avec des anneaux et plutĂŽt mince pour limiter la taille, et la morsure, sur laquelle je ne m’attarde pas maintenant. Le fil agit sur la commissure de la lĂšvre, lorsque la main est utilisĂ©e de bas en haut, et a une fonction d’ascenseur (Ă  ne pas confondre avec le fil d’ascenseur, qui fournit des trous dans les anneaux dans lesquels les montants de la tĂȘte de lit coulent) : il sert donc Ă  dĂ©contracter la mĂąchoire, dĂ©tecter et donner la direction latĂ©rale au collage. L’occlusion est un ïŹ‚essore- plus bas : il agit sur la langue et sur les barres quel que soit le sens d’action de la main et sert Ă  arrondir et Ă  allonger le collage. La combinaison de ces deux ouvertures, lorsqu’elles sont bien comprises et utilisĂ©es, crĂ©e un ensemble capable de fournir au cheval des indications extrĂȘmement prĂ©cises. Lorsque la prĂ©cision est extrĂȘme, il faut autant de finesse de la main du cavalier, en particulier dans l’utilisation de l’occlusion pour les raisons ci-dessus. L’occlusion et le fil ont deux fonctions diffĂ©rentes, d’oĂč la nĂ©cessitĂ© de sĂ©parer les deux actions. Pour que le chevalier puisse communiquer clairement Ă  travers les rĂȘnes une action distincte sur le fil ou sur la morsure, la tenue des rĂȘnes les plus efficaces est appelĂ©e « style français » : les rĂȘnes du fil passent sur l’index et descendent dans la main, tandis que les rĂȘnes de la morsure passent sous le petit doigt et montent entre l’index et le majeur (photo). Le cavalier peut clairement utiliser le fil sur la commissure de la lĂšvre ou entrer en contact avec la morsure en orientant simplement le poignet. L’utilisation des deux ouvertures en synergie, par exemple dans le cas de la demande de transfert de la nuque, offre au cavalier un Ă©ventail de possibilitĂ©s qui n’a de limites que dans la finitude de sa circonscription. Philippe Karl dans son livre « Les dĂ©rives du dressage moderne » en fait un bel exemple : les rĂȘnes sont comme les enfants qui animent la marionnette, et dans la capacitĂ© de ceux qui les manoeuvrent rĂ©side toute expression. Comme prĂ©misse Ă  tout cela, je vous apporte l’exemple de mon cheval, un Lusitanien de 6 ans qui a vĂ©cu avec moi tout le parcours d’entraĂźnement jusqu’Ă  maintenant. J’ai Ă©duquĂ© Guerreiro Ă  la main avec le fil des premiĂšres Ă©tapes du travail, d’abord du sol puis de la selle. Le cheval doit avoir bien compris l’usage de la main sur la bouche simple et appris Ă  la suivre avec aisance et franchise, sans Ă©chapper au contact dans les diffĂ©rentes positions. J’ai rĂ©cemment introduit la bride, qui a acceptĂ© avec simplicitĂ© et naturel dans le travail de base. L’important, c’est que la main du cavalier, surtout lorsqu’il agit sur la morsure, soit prĂȘte Ă  cĂ©der Ă  la bouche du cheval pour Ă©viter le capuchonnage et favoriser une extension gĂ©nĂ©reuse du collage. Le bridage est-il toujours nĂ©cessaire lorsqu’il s’agit de l’entraĂźnement classique ? Bien sĂ»r que non, nous pouvons nous en passer, mĂȘme au plus haut niveau. Il peut ĂȘtre utilisĂ© sur tous les chevaux pour affiner la main et le contact, sauf dans de rares cas de mauvaise conformation de la bouche, et est une aide prĂ©cieuse dans le cas de chevaux particuliĂšrement complexes ou difficiles Ă  encadrer dans un fil simple, avec l’avantage d’ĂȘtre encore plus discret et dĂ©licat dans l’action de la main. Il n’y a donc aucune raison d’utiliser la force ou une main rĂ©troactive sur les rĂȘnes de la bride : les chevaux lourds montĂ©s de cette façon ne feront qu’empirer et augmenter leurs dĂ©fenses. La bride, comme les Ă©perons, peut devenir un outil extrĂȘmement dangereux entre de mauvaises mains. Mais lorsqu’ils sont utilisĂ©s judicieusement, ils amĂšnent la communication entre le cheval et le cavalier au plus haut niveau.

Brides sans mors

Il y a aussi des brides sans mors oĂč la piĂšce qui ressemble Ă  la muserolle a des sangles pour attacher les rĂȘnes. Ces bretelles se croisent sous le menton/la joue. Lorsque vous tirez sur la rĂȘne, cela crĂ©e une pression sur la joue opposĂ©e, ce qui vous permet de diriger le cheval quand il s’Ă©loigne de la pression.

Bridon à traction latérale

Le sidepull est une bride sans mors qui guide le cheval Ă  travers la pression sur l’os nasal et les pommettes. La traction latĂ©rale permet un meilleur contrĂŽle du cou par rapport au hackamore.

Bridon double

La bride double est principalement utilisĂ©e en dressage. Ce bridon a des piĂšces Ă  double joue, pour vous permettre d’attacher un mors Ă  bradoon ainsi qu’un mors de bride. Il est gĂ©nĂ©ralement combinĂ© avec un cavesson anglais. Cette bride nĂ©cessite deux rĂȘnes.

Choix des rĂȘnes

Le choix des rĂȘnes est normalement une question de goĂ»t. Il y a des rĂȘnes entiĂšrement rĂ©alisĂ©es en cuir, avec ou sans butĂ©es, lacets ou unies. Il y a aussi des rĂȘnes en cuir avec une partie en caoutchouc pour fournir la meilleure prise possible. La rĂȘne la plus courante est probablement la rĂȘne en caoutchouc avec butĂ©es. Lorsque vous choisissez vos rĂȘnes, vous devriez tester et comparer une grande variĂ©tĂ© pour trouver celle qui vous convient le mieux. Si vous sautez ou roulez sur un terrain accidentĂ©, des rĂȘnes avec une bonne prise en main, comme une rĂȘne en caoutchouc ou une avec plusieurs arrĂȘts, seront prĂ©fĂ©rables. Si vous faites plus de dressage, vous voudrez peut-ĂȘtre une rĂȘne en cuir complĂštement lisse ou une avec de trĂšs petits arrĂȘts.

Bandeau frontal

Le frontal est le joyau de la bride. Il y a une grande variĂ©tĂ© de choix, du plus simple et discret au plus gĂ©nĂ©reusement dĂ©corĂ© avec des perles et des bling. Il est important de s’assurer que le frontal n’est pas trop court, ce qui entraĂźne une traction vers l’avant des piĂšces de la tĂȘte et des joues, ainsi qu’un inconfort, des irritations et une pression sur les oreilles du cheval.

Bridon islandais

La bride d’un cheval islandais se compose normalement d’une coiffe, de morceaux de joues et d’une muserolle. Beaucoup choisissent de ne pas utiliser de bandeau frontal, et la bride islandaise est rarement munie d’un bouchon de gorge. Les muserolles sont souvent des modĂšles de muserolles basses, mais de plus en plus de muserolles flash pour chevaux islandais sont apparues. Les rĂȘnes sont le plus souvent attachĂ©es au snaffle Ă  l’aide d’un mousqueton.

Occidental

Les brides occidentales ont souvent beaucoup de dĂ©corations et n’utilisent presque jamais de muserolle. Si, d’autre part, vous utilisez une traction latĂ©rale, il n’y a pas de bit, mais le cheval est dirigĂ© et contrĂŽlĂ© par pression sur l’os nasal et les cĂŽtĂ©s du visage.

Il y a six tailles de bride diffĂ©rentes : mini, shetland, poney, Ă©pi, Ă©pi, plein et extra plein. Les poneys de la section B et les plus petits de la section C peuvent normalement porter une bride de poney, tandis que les plus gros poneys des sections C et D peuvent porter un Ă©pi. Cependant, certaines races de poney ont un trĂšs petit nez et un front large. Si c’est le cas, vous pouvez acheter la bride de plus petite taille ainsi qu’un frontal de plus grande taille.

Les quatre types de muserolles les plus courants

Les quatre types de muserolle les plus courants pour une muserolle anglaise sont la muserolle abaissable, la muserolle simple/anglaise, la muserolle flash et la muserolle en forme de huit.

Muserolle tombante

La muserolle Ă  muserolle tombante est parfois aussi appelĂ©e remont, d’aprĂšs l’ancienne dĂ©signation militaire d’un jeune cheval. C’est un excellent choix pour les jeunes chevaux, car il est fixĂ© sous le serpent, ce qui signifie qu’il ne pince aucune des dents qui peuvent ĂȘtre sensibles, par exemple, lors du remplacement des dents primaires.

Cette muserolle est assez indulgente, car il n’est pas nĂ©cessaire de la serrer trĂšs fort pour empĂȘcher le cheval d’ouvrir sa bouche. Il fonctionne Ă©galement aussi bien sur un cheval adulte.

Cavesson simple/anglais

Le cavesson court sous les morceaux de joue de la bride, Ă  environ deux centimĂštres sous la pommette. Il s’agit d’une muserolle simple, disponible en version plus mince ou lĂ©gĂšrement plus large. Une fois fixĂ© correctement, vous devriez ĂȘtre capable de placer deux doigts entre l’os nasal et l’anneau. Ne tirez jamais plus fort que ça.

Si vous avez un jeune cheval (de moins de six ans), il est important que vous fassiez attention aux irritations causĂ©es par la muserolle Ă  l’intĂ©rieur de la joue, en rapport avec les changements de dents.

Muserolle flash

La muserolle flash est similaire Ă  la muserolle anglaise, mais elle est munie d’une sangle supplĂ©mentaire que vous pouvez attacher sous le serpent pour empĂȘcher le cheval d’ouvrir sa bouche.

Lorsque vous attachez cette muserolle, il est important de commencer par la sangle supĂ©rieure, puis la sangle infĂ©rieure, afin que la muserolle ne soit pas tirĂ©e vers le bas. La sangle infĂ©rieure empĂȘche le cheval d’ouvrir la bouche.

Muserolle en forme de huit

Cette muserolle convient Ă  un cheval plus Ă©nergique. Il peut Ă©galement convenir Ă  un jeune cheval, car les sangles ne provoquent pas de pression sur les dents de la mĂȘme maniĂšre que le cavesson et le flash.

La muserolle en forme de huit se compose de deux sangles qui se croisent sur l’os nasal. La sangle supĂ©rieure doit ĂȘtre placĂ©e un peu plus haut sur la joue du cheval, et la sangle infĂ©rieure doit se trouver juste en dessous du serpent.

Au cours des années suivantes, de nouveaux modÚles ont été développés à partir de ces quatre modÚles, mais avec quelques détails supplémentaires.

Le frontal doit ĂȘtre Ă  plat contre le front. Il ne doit pas ĂȘtre trop court, de sorte qu’il tire dessus et pince la zone derriĂšre les oreilles. Vous devriez pouvoir placer une main ouverte entre le guĂȘpier et la joue du cheval, pour vous assurer que la sangle n’obstrue pas sa respiration. Le flash/cavesson doit ĂȘtre placĂ© autour de deux doigts en bas de la pommette du cheval pour Ă©viter les irritations. Il ne doit pas non plus ĂȘtre placĂ© trop bas, car cela peut provoquer un pincement entre la muserolle et la muserolle. Vous devriez pouvoir mettre deux doigts sous la muserolle.

Nos derniers conseils sur les bridons de cheval

Fermer le menu